mercredi 28 septembre 2011

Deathroner - Death to all / Chronique !

Bonjour Lecteurs de Musique d'une Nation!

Aujourd'hui, je publie une chronique qui a été difficile à écrire et qui s'adresse à une minorité de personne. Il s'agit de ma chronique concernant l'album « Death to all » de Deathroner.

Pourquoi était-ce difficile me direz vous?

Les raisons sont à la fois simples et complexes.  Pour débuter, je connais bien l'un des membres du groupe. Je suis allé l'école secondaire avec ce dernier. Il a de plus été, par le passé, un bonne ami avec qui j'ai pu partagé mille et une choses. 



Je connais aussi très bien les origines lointaine du projet « Deathroner » ainsi que les rumeurs qui tourne au tour du groupe. Rumeurs qui d'ailleurs ne seraient pas fondés selon le groupe lui-même.

J'ai donc décidé d'être honnête et d'écrire ce qui en ai réellement de cet album « Death to all ».

Deathroner
est une un formation Canadienne qui est basé à Jonquière au Québec. Le groupe joue un speed metal sale un peu sous produit.




Mon premier contact avec leur musique ce fit il y a très longtemps. Le groupe avait pour nom « Dark Souls » et plus tard un album sorti sous le nom de « Supremacy ». Ce dernier fut d'ailleurs quelques fracas dans les milieux « underground ».




Dès le départ de « Death to all », j'ai remarqué une bonne amélioration musicale. Le son est toujours très sale et sous produit mais beaucoup plus crédible. Leur son a beaucoup gagné en crédibilité ainsi qu'en puissance.

De ce disque, il se dégage une haine, une noirceur ou encore quelque chose innommable et de mal saint. On dirais que cet album est un objet interdit tellement l'aura de « Death to all » est négative.

La musique tant qu'a elle est carrément inspiré des groupes speed metal underground des années quatre-vingts. À cette effets, « (Armageddon) Possessor » mes fait littéralement pensé au son que Slayer avait sur « Hell awaits ».

Mise a part «  Profanity » les six premières pièces de l'album ne m'ont pas accroché plus qu'il ne le faut. Cependant, dès le départ de la pièce instrumental « Fuhrerprinzip » mes oreilles ainsi que mon esprit firent capturés et ce jusqu'à la fin de la pièce suivante qui termine l'album « (Armageddon) Possessor ».

Avec ses deux pièces, j'ai compris tout l'aura qui se dégage de l'album.

Sachez que « Death to all » est sorti l'an dernier sur une petite compagnie de disque qui a le doux nom de « Morbid Moon Records ».

Merci de visitez Musique d'une Nation.

Sebastien Temblay

1 commentaire:

  1. c dla bombe cet album!!! lachez pas les boys,cest excellent ske vous faites
    INTOXICATOR

    RépondreEffacer

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.